On lit quoi ?

Un été givré, Vivian Siobhan

Voilà quelques jours que j’ai terminé ce livre. Depuis je pense, je mange et dors « sorbetière ». Depuis la fin du bouquin, je passe des heures à écumer le BonCoin à la recherche de la parfaite petite machine à fabriquer des glaces. Parce que dans le cas, où vous ne l’auriez pas compris malgré les différents indices ( le titre, la couverture, la sorbetière), cette histoire parle de GLACES, DE CREMES GLACEES. Et elles ont l’air si bonnes que même si actuellement il fait -4 ( Bonjour le réchauffement climatique, bonjour les plastiques qui nagent à la place des poissons dans les océans, pardon… ), on a envie que ces glaces sortent du livre pour les savourer !

Ces glaces sont l’invention de Molly. Enfin, elle n’a pas inventé la glace hein, mais quatre parfums délicieusement exquis dont un avec un ingrédient top secret. Dans les années 1940, après l’entrée en guerre des Etats-Unis, Molly et ses amies décident de se remonter le moral en attendant que leurs fiancés, pères ou frères rentrent. Elles se réunissent régulièrement et un jour la jeune femme commence à faire des délicieuses crèmes glacées pour ses amies. Les douceurs sont si bonnes, que les filles poussent Molly à en vendre. Voilà comment commence l’histoire de « Meade Cremery « . 

Depuis chaque été, le stand ouvre ses portes au bord du lac pour deux mois de dégustation et de longues files d’attentes. La particularité de cet endroit ? Les employés sont uniquement des filles. Beaucoup souhaitent y travailler. Voyez-vous là-bas c’est vraiment le job d’été parfait. Les collègues deviennent des amies, le stand est un véritable repère de filles. L’ambiance est à l’image des glaces : parfaite. ( J’aurai 10000 fois préféré travailler dans un endroit comme celui-ci qu’à Intermarché… ! En même temps, la comparaison n’est peut-être pas la bonne. )

Amélia et Cat se sont rencontrées derrière le comptoir. Depuis, elles sont devenues de véritables meilleures amies. L’été qui commence est le dernier pour ces deux-là avant leur rentrée à l’université. Il s’annonce parfait. Alors quand Molly meurt subitement, tout est chamboulé. Mais Amélia fera absolument tout pour que le stand reste ouvert, au moins pour cet été.

Outre les crèmes glacées, vous savez ce que j’ai aimé dans cette histoire ? La quasi-absence de clichés. Ok, c’est un roman jeunesse qui se passe pendant l’été. Il en existe déjà un tas et ils font partie de mes chouchous. Ici, nous avons certes les petits clichés de base, mais c’est tout. Le reste demeure assez inédit et ça fait du bien. J’ai passé un excellent moment en compagnie d’Amélia, de Cat, de Grady et de tous les autres. C’était frais, réfléchi et honnête. Un roman sans prise de tête mais non dénué d’émotions bien dosées. On découvre des femmes fortes, indépendantes et courageuses. J’ai beaucoup aimé découvrir aux côtés d’Amélia, le journal intime de Molly. Ce petit retour dans les années 1940 apporte un vrai plus à une histoire déjà chouette !

 

Bref, j’ai aimé. Je valide. Je recommande. Je voudrai une sorbetière.

« Douceur de lire » a aussi écrit une très jolie chronique et met en évidence tout un thème du roman très important 😀 

Edit : Depuis que j’ai écrit cette chronique, je me suis promenée dans les brocantes. Et… J’ai déniché le précieux sésame ! Une sorbetière Seb TOUTE NEUVE pour 6 EUROS ! J’ai même fait ma première glace à la vanille. Ce fut une réussite. 

Un commentaire

  • Chicky Poo

    Moi j’ai un blender et apparemment on peut faire des glaces avec 🙂 Je vais tenter 😉 Je comprends que la lecture t’aie donné envie de manger des glaces 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/34/d744415597/htdocs/clickandbuilds/LittleAread/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252