Uncategorized

Tous nos Jours parfaits, Jennifer Niven


Une rencontre au bord d’un toit… 
Une histoire d’amour unique. 

   Honnêtement,
quand j’ai reçu ce roman j’ai pensé : Encore une histoire
d’amour triste entre une jeune fille et un jeune garçon surtout avec
la référence à Nos étoiles contraires sur la quatrième de
couverture. Du coup, j’appréhendais un peu ma lecture par peur d’un
déjà vu. Mais tout cela pour rien. Oui j’ai pleuré parce que cette histoire est tout simplement magnifiquement et douloureusement
émouvante. L’émotion que l’on ressent en compagnie de Violet et
Théodore est différente de celle ressentie avec Nos étoiles
Contraires
. Tous nos jours parfaits c’est l’histoire de deux
jeunes personnes qui se rencontrent sur le toit du lycée. Que
font-ils pendus au dessus du vide ? L’une va sauver l’autre. Redescendus du toit,  Théodore intrigué par Violet, n’hésite pas une
seule seconde à la choisir comme binôme pour un projet de
géographie. Ce projet les amène à découvrir les lieux insolites
de l’Indiana et à tomber amoureux. Mais Théodore est un garçon
étrange, parfois euphorique, parfois déprimé. Théodore a en
réalité des envies de suicide. Lui même ne sait pas pourquoi.
Peut-être à cause de son père ? De sa famille ? Il
essaie alors de vivre au jour le jour pour profiter des jours avec. Avec Violet, il part à la quête des Jours parfaits. Violet
elle affronte chaque jour l’absence de sa grande sœur morte dans un
accident de voiture. Théodore va lui faire reprendre goût à la
vie. Tous deux partent à la conquête de l’Indiana, d’endroits
particuliers comme un arbre à chaussures ou un parc d’attractions dans un jardin. Au lycée, la relation des deux jeunes surprend.
Parce que Théodore c’est un peu le casse-cou. Il fait ce qu’il veut
quand il veut. Les élèves du lycée le surnomment le Félé à cause
de son comportement étrange et décalé. Théodore est un personnage
coup de cœur. Il est unique. Attendrissant, incompréhensible,
charmeur, charmant. Mais tellement au bord du gouffre par moments que
ça nous fait peur. Parce que l’on a du mal à comprendre ce mal qui
l’habite. Sa famille face à cela  semble ne rien voir ou tente de faire semblant je dirais…  L’auteur traite du suicide avec agilité parce que hélas
elle ne connaît que trop bien ce sujet. Avec son roman, Jennifer
Niven souhaite aider. C’est une très belle initiative et j’espère
que les mots et les personnages de l’auteure parviendront à redonner
le goût de vivre à de nombreuses personnes. L’auteur a mis beaucoup
d’émotions dans son roman et cela se ressent. À la fin, je n’ai pu
empêcher les larmes de couler. Alors oui, ce roman n’est pas un
roman qui vous fera rire cela est certain mais il vous apprendra à
profiter pleinement les Jours parfaits et à les attendre parce qu’il
y en aura toujours. C’est un roman qui parle. Nous aussi à l’image de nos héros on essaie
de profiter et parfois on oublie même la menace du suicide qui est
présente telle une épée de Damoclès.

Violet est aussi un personnage que j’ai énormément apprécié.  Elle est anéantie
par la perte de sa grande sœur si bien qu’elle n’arrive plus à
écrire, sa passion. Le site internet qu’elle avait créée avec sa
sœur est au point mort, un peu comme elle d’ailleurs. Du coup, quand
Théodore la force à être sa coéquipière pour un projet de géo
elle est réticente. Puis peu à peu elle se prend au jeu et en vient
même à attendre avec impatience les moments où elle se retrouve en
tête à tête avec Théodore. J’aurai tellement aimé que le roman
soit plus long pour rester encore et encore avec eux deux. 

J’ai un peu de mal à écrire mon ressenti sur ce roman tellement il est spécial. J’espère néanmoins qu’il vous donnera envie de le découvrir 🙂
C’est
un roman coup de cœur. Je remercie beaucoup les éditions Gallimard
pour m’avoir permis de découvrir cette perle.

10 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/34/d744415597/htdocs/clickandbuilds/LittleAread/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252