Uncategorized

Tant que nous sommes vivants. Anne-Laure Bondoux.

novembre 8, 2014
320 pages. 
17 Euros.

Hama travaille,comme presque tous les habitants de sa communauté à l’usine, ses journées sont rythmées par le travail, jusqu’au jour où Bo arrive… Hama
et Bo tombent amoureux malgré un environnement peu favorable à leur histoire.  Les deux tourtereaux vivent dans un monde très
éloigné du notre par certains aspects, mais tellement ressemblant
par d’autres. À cause du regard des gens et suite à une catastrophe
qui bouleverse leur vie, Hame et Bo sont contraints de fuir. Et si cette catastrophe était la faute de Bo, l’étranger ? Ils
partent, quittent leur monde pour l’inconnu en espérant que celui-ci
les rende heureux et leur permette de s’aimer librement. 
Ce roman est l’histoire de deux êtres qui s’aiment
follement, mais dont l’amour ne rime pas toujours avec bonheur, loin
de là. C’est un roman qui donne espoir et qui montre que l’on est
tous maîtres de nos vies, et que nous seuls pouvons changer les
choses si nous en avons le désir. C’est notre vie, c’est à nous de tout
faire pour que celle-ci soit heureuse. Hama et Bo on comprit cela et
c’est sûrement la raison pour laquelle ils décident de tout quitter
avec l’espoir de se diriger vers le bonheur. Et qui sait peut-être même fonder une famille ? Leur voyage devient une réflexion sur eux-même, qui sont-ils réellement ? Dans leur route vers
l’inconnu ils découvrent une mystérieuse magie tout en faisant la rencontre d’une petite tribu vivant en fonction des saisons.
La rencontre avec ses personnages très particuliers est un point
clés dans l’histoire, et ces énergumènes sont difficiles à
oublier.
Hama
est une jeune femme assez charmante mais ces réactions m’ont
quelques fois un peu exaspérées, elle est un peu trop
naïve. L’Hama d’avant la catastrophe me manquait. J’ai préféré
son amoureux, Bo. Je l’ai trouvé plus vrai et peut-être un peu plus
courageux. Je n’ai pas toujours compris leurs décisions et je pense
que cela a joué sur cet avis final un peu mitigé.
En
réalité, je n’ai pas vraiment compris où l’auteur voulait en venir
avec ses personnages et malgré une belle écriture poétique je n’ai
pas réussi à me plonger totalement dans cette histoire. J’aurais voulu en savoir plus, que les sentiments des héros soient plus mis
en avant et ceux durant toute l’histoire. Certains passages m’ont un
peu déstabilisé et c’est dommage… 
Je
remercie les éditions Gallimard pour ce nouveau livre 🙂 

Prochaine chronique, Endgame l’Appel. 

Only registered users can comment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *