Uncategorized

Mémoire d’une jeune guenon dérangée, Maureen Wingrove

octobre 18, 2017

BIEN LE BONJOUR ! 

J’ai grandi avec Mia, l’héroïne de Journal d’une princesse de Meg Cabot. J’ai
pleuré, ri (énormément) et appris avec cette jeune new-yorkaise honnête et drôle. Journal d’une princesse, c’était un petit peu ma bible, jadis. Aujourd’hui encore, je relis certains passages. Ce mois-ci j’ai découvert deux nouvelles héroïnes qui pourraient (presque) prétendre au trône de Mia ! Oui, oui, presque parce que Mia est quand même indétrônable. VOYONS ! Ses héritières sont Cléopatre Wellington et … !
Hahahah vous serez le nom de la deuxième dans le prochain article.
Il convient tout d’abord, de se concentrer sur Mademoiselle Wellington. CLEOPATRE WELLINGTON ou le prénom et le nom qui n’ont absolument rien à voir avec la choucroute. 
Cette jeune collégienne a trois chats, tous plus étranges les uns que les autres, une petite sœur adorablement choupette et givrée qui est amoureuse des phoques, des parents divorcés et des poils ! Des poils, sur les seins, sur les jambes, sous les aisselles : un vrai ouistiti. Vous pouvez rajouter à tout cela, les moqueries incessantes de Clément, le plus beau mec du collège. Etre collégienne semble être un vrai cauchemar mais cela est sans compter sa bande de copines et surtout sa BFF (NDLR ; Best friend forever : Meilleure amie pour toujours) Chloé ! Mission d’espionnage, réalisation d’un film d’horreur : ce duo de choc possède tout un tas d’idée farfelues pour s’amuser ! Leur quotidien bascule lorsque deux nouveaux garçons font leur apparition au collège. La vie déjà bien remplie de Cléo se pare alors de nouvelles péripéties et elle nous embarque dans tout ceci sans nous demander la permission !  À travers son journal intime, la jeune fille raconte ses journées avec humour et réflexion. À ses côtés, la tristesse est exclue : place à des bonnes tranches de rigolade ! 

Cléo nous rend hilare en plein tramway bondé devant les yeux éberlués de passagers qui n’ont pas compris grand chose à la vie. (Tant pis pour eux !) Cependant, l’histoire de la jeune Cléopatre Wellington n’est pas qu’une bonne poilade, c’est aussi des réflexions féministes discrètement et ingénieusement distillées à travers le roman. Ben oui, franchement, qui a dit un jour que les femmes devaient se faire arracher les poils et que les hommes avaient le droit de se promener le torse velu ?? C’est la célèbre Diglee qui nous propose ces réflexions essentielles ! Effectivement, la créatrice de Cléo et sa troupe est une femme passionnante et passionnée qui milite avec talent pour le droit des femmes. Son premier roman Mémoire d’une jeune guenon dérangée ne déroge pas à la règle. C’est un roman vrai, drôle et sincère qui propose une héroïne complexe et absolument attachante !

Il sera au pied du sapin pour ma jeune cousine et j’espère qu’elle aimera et passera un chouette moment en compagnie de
la délurée Cléo, cette jeune fille aux mille poils et ressources ! 

J’espère que tous les lecteurs de ce roman l’aimeront autant qu’il le mérite et seront aussi curieux que moi de découvrir les prochaines aventures de cette jeune guenon dérangée.
Un grand, grand merci aux éditions Michel Lafon pour cette lecture ! 

Only registered users can comment.

  1. Ce livre est selon moi une copie d'un autre livre sorti il y a dix ans et dont l'auteure est décédée"mon nez, mon chat, l'amour et moi" ou "Georgia nicolson" . En effet, les couvertures sont similaires, ainsi que l'histoire et la présentation. A moins que "journal d'une Guénon dérangée" soit un remake de ce livre, pour moi ce n'est autre que du plagiat, j'ai été choquée en lisant ce livre de toutes ses ressemblances avec le premier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *