On lit quoi ?

Les mille visages de notre histoire, Jennifer Niven

février 16, 2018

S’accepter tel que nous sommes. Facile à dire… ! Pourtant, cela peut-être une des clés de notre bonheur. Le regard d’autrui ne nous apporte que peu d’aide bien au contraire, il nous enfonce parfois dans des profondeurs obscures et malsaines. Nous devrions prendre exemple sur l’incroyable Libby Groby ou Libby Grosbide comme certains êtres immatures prennent plaisir à l’appeler. Oui, Libby est grosse. Obèse même, la plus grosse fille d’Amérique. Après la mort de sa mère, cet enfant, désormais adolescente, a comblé un grand vide par la nourriture jusqu’à un point inimaginable. C’est une grue qui a permis à Libby de sortir de cet enfer et de perdre du poids. Non parce qu’elle ne correspondait pas aux critères physiques de la femme parfaite que nous voyons tous les jours à la télévision ou dans les magazines de mode, mais pour sa survie. Après une vie de recluse et un certain temps à l’hôpital, Libby peut enfin reprendre une scolarité normale et entre au lycée. Les autres élèves ne sont pas tendres avec elles, mais il ne faut absolument pas tous les installer dans le même panier. Certains se fichent de son apparence, ce qui compte c’est la personne. Et je peux vous assurer que Libby gagne à être connue. Elle n’a besoin de personne pour
être courageuse et forte. Elle n’a pas besoin que quelqu’un la défende, elle maîtrise à la perfection le crochet du droit ! Aucun prince charmant ne la prend sur son dos pour la sauver !

Sa rencontre avec Jack va simplement faire d’elle une lycéenne « normale » et lui montrer qu’elle peut être aimée. Jack lui c’est un beau parleur avec une bande d’amis qui n’ont pas tous les neurones bien connectés. Sauf que derrière cette jolie facette, notre ami cache un grave trouble. Le jeune homme ne parvient pas à reconnaître les visages. Aucun, pas même celui de sa mère ou de sa petite-amie. Il est atteint de la prosopagnosie et excepté lui, personne n’est au courant. C’est par un jeu ridicule, qu’il révèle tout à Libby. Ces deux lycéens vont réussir à se donner de la force l’un à l’autre. Evidemment, ils vont tomber amoureux.
Cependant, cette histoire n’est pas le centre et l’objet même du récit. Jennifer Niven ne nous raconte pas la romance entre deux adolescents brisés, mais elle prend la plume pour permettre à ces deux héros de s’accepter et d’assumer leurs défauts et différences.

 C’est une véritable ode à l’amour, l’amour de sa famille, l’autre de ses amis, mais surtout l’amour de soi-même. Libby et Jack,  un duo qui fonctionne à merveille. Laissez-les, vous emportez dans une histoire belle et riche de sens.

 Peut-être que dans quelques années, je ne me souviendrais plus de leurs noms, mais une chose est certaine : je me rappellerai de leur courage et de leur ténacité.

En résumé ? Une lecture sensible et vraie. 

À lire sans modération. 

Merci Jennifer Niven pour cette nouvelle histoire qui nous laisse entrevoir la vie d’un autre oeil. Merci pour ces petits clin d’oeil à Supernatural :p 
Un grand Merci à Gallimard Jeunesse pour cette lecture ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *