On lit quoi ?

Le goût du Bonheur de Marie Laberge : une saga exceptionnelle !

octobre 27, 2017

 

Tome 1, Gabrielle. 

Tome 2, Adeläide. 

Tome 3, Florent. 

Gabrielle, Edward, Nic, Adelaïde, Fabien, Jeannine, Germaine, Florent, Alex, Leah, Léa, Thomas, Paulette, Aaron, Théodore, Reine, Isabelle, Léopold, Merci. 

Merci de m’avoir fait vivre des émotions avec une force et une réalité si semblables à celles de la vie. La vie, la vraie, celle que nous vivons réellement et non celle que l’on vit à travers les pages d’un roman. Pourtant, la vie romanesque et enchantée sait si bien nous mentir que parfois elle prend tendrement le dessus, pour quelques instants seulement. La vie, notre vie s’échappe pour laisser la place à une vie tout autre mais non moins palpitante et finalement réelle. Avec les personnages mentionnés ci-dessus, j’ai eu la chance de vivre cette vie-là. Comme dans la vraie vie, j’ai pleuré, j’ai ri. Mais j’ai aussi été très en colère et très revendicative. J’ai aimé détester certains personnages et j’adoré tomber amoureuse de tous les autres. Ces derniers ont fait chavirer mon cœur de bien des façons. Comment ne pas être en colère contre Béatrice ? Comment ne pas vouloir secouer Reine dans tous les sens pour qu’elle se réveille afin d’essayer d’être heureuse ? Comment ne pas remarquer le courage d’Adelaïde ? Comment ne pas vouloir serrer la petite Léa dans nos bras ? Comment ne pas vouloir partir passer un été au lac avec eux, afin d’observer Nic qui apprend à nager aux plus petits de la famille Miller ? …

 Comment ne pas sortir heureux d’une saga qui porte si bien son nom, le Goût du Bonheur... ? 

C’était toujours un réel bonheur de retrouver tous ces admirables personnages et une véritable peine de leur adresser l’ultime au revoir. Cependant, même en refermant le dernier roman de cette grande épopée, les personnages continuent de vivre pour moi parce que l’auteure, Marie Laberge, est si talentueuse qu’elle est parvenue à créer des individus INOUBLIABLES. Cet adjectif n’est absolument pas utilisé à la légère ou pour créer un certain effet de style. C’est la stricte et pure vérité. Pendant les lectures de ces délicieux pavés, il m’était impossible de m’en détacher, si bien que je passais des heures à raconter leur histoire à monsieur l’Homme, qui n’en avait que faire. Grand mal lui fasse !

Ces personnages, nous les suivons pour certains de leur enfance, ou même de leur naissance, jusqu’à l’âge adulte. Effectivement, à travers ces trois tomes, les années défilent. Nous sommes au commencement, dans le Québec des années 1920 pour terminer notre course effrénée et passionnée dans le Montréal des années 1960. À travers nos amis, nous observons le monde qui change, qui se modernise. Nous sommes témoins de l’atrocité de la Seconde Guerre Mondiale ou de la longue indépendance des femmes québécoises. Nous sommes les observateurs d’un monde en mutation. La société, les mœurs de l’Eglise, la contraception, le droit de vote, le droit à l’avortement, le pouvoir des femmes, le tout bordé par les magnifiques collections de vêtements de notre ami
Florent. D’une mère de famille à une femme d’entreprise, il n’y qu’un pas. Adelaïde et toutes les autres femmes du récit en sont la preuve. 

Le goût du bonheur est une véritable épopée. C’est une fresque de vie magnifique et grandiose. Cette saga m’a surprise. Je ne m’attendais pas à un si gigantesque raz de marée d’émotion et de sentiments. C’est beaucoup plus qu’un simple coup de cœur. C’est une lecture unique qui se trouve tout en haut de mes lectures préférées.

C’est finalement en écrivant ces lignes que je réalise que j’ai terminé cette saga. Jusqu’ici, j’étais comme dans une espèce de déni littéraire.

Un grand merci à mon amie Flora pour la découverte de cette saga. 

 

Avant de commencer cette saga, assurez-vous bien d’avoir tous les tomes en votre possession… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *