Uncategorized

Phobos, tome 2. Victor Dixen.

Bonjour, bonjour, bonjour ! 

En Juillet dernier j’ai
lu Phobos tome 1. J’ai eu un magnifique coup de cœur pour cette
histoire originale. Et la fin était horriblissime. (J’ai décidé que ce mot était un vrai mot,
voilà. J’ai envie, j’ai le droit).  Comme vous, pouvez vous en douter
le tome 2 n’a pas fait long feu dans ma P.A.L. 

NE LISEZ PAS CE QUI
SUIT, SOUS PEINE DE SPOILERS EN PAGAILLE  SI VOUS N’AVEZ PAS LU LE
TOME 1.

(Mais vous pouvez lire ma chronique sur le tome 1 en cliquant ici )
En le commençant, je
dois quand même avouer que j’ai eu peur, tellement Monsieur Dixen
avait tellement mis la barre haute avec son premier tome…
Comme le laisser présager
l’atroce fin du tome 1, ce second tome commence sur les chapeaux de
roues. On retrouve nos aventuriers de l’espace, là où nous les
avions laissé. Ni une, ni deux, nous voilà replongé dans la
conquête de l’espace. C’est re-parti pour l’aventuuureee : 
movie fun excited running the lord of the rings
Nos personnages doivent
faire un choix. Faire demi-tour et risquer de mourir de faim ou
descendre sur la planète rouge pour y mourir dans quelques mois ? Un
choix horrible. Le pire choix de toute une vie. Honnêtement je ne
sais pas quelle décision j’aurai prise. Celle prise par les 12
jeunes adultes est très très courageuse et j’ai aimé leur choix.
Victor Dixen, nous torture un peu avant de nous dévoiler cette
réponse, mais nous avons l’habitude. Et cette torture livresque est
en réalité un plaisir. Une fois la décision prise, l’aventure
commence vraiment mais pas seulement dans l’espace. En effet, Andrew
est toujours là ainsi que L’affreuse Serena. 
Celle-ci est de plus en
plus diabolique et cruelle. Mais soyons honnête, j’adore la détesté.
C’est un méchant machiavélique, très bien travaillé. Un méchant
comme je les aime. (J’ai eu envie de l’assommer un nombre
incalculable de fois). 
Dans ce deuxième tome, un élément que
j’attendais depuis longtemps arrive enfin. La rencontre des
prétendants. Absolument pas déçue de leur rencontre, surprise même
par le comportement de certains des garçons et même des filles.
Puis Léonor se décide enfin entre Marcus et Mozart. Sa décision
n’est peut-être pas une surprise mais elle m’a vraiment enchantée. On découvre une Léonor différente puisque amoureuse.
Elle est toujours aussi forte et courageuse. C’est la meneuse du groupe
mais elle écoute ses camarades. Une héroïne haute en couleur et
toujours aussi attachante que dans le premier tome. 
En lisant ce deuxième tome, j’ai réalisé à quel point j’étais tombée amoureuse de l’histoire. Le concept de jeu télévisé, le principe de la conquête de Mars, tout cela intégré dans notre monde, j’adore. C’est ingénieux et si bien exploité. Merci Victor Dixen. 
Les pages du roman se
tournent vite, très vite. J’ai savouré ma lecture du début à la
fin, j’étais bien avec mes aventuriers interplanétaires. J’y
pensais même tout le temps. Samedi en me promenant dans Bordeaux, un homme était déguisé en astronaute. Mon cerveau n’a fait qu’un
tour, je me suis dit qu’il se préparait à partir sur Mars lui
aussi. J’ai oublié de le prévenir pour le rapport Noé…

MAIS. Oui il y a un mais.
Le roman possède certaines longueurs. La fin, aussi géniale soit elle, est précipitée.
C’est vraiment dommage, parce que les longueurs cassent un petit peu
le récit et à cause de ces dernières ce roman est seulement un
petit coup de cœur.
La fin laisse BOUCHE BÉE. 
shocked phone mean girls karen smith
Tout simplement. Comme je l’écrivais plus haut, Victor Dixen prend
plaisir à nous torturer et ça marche merveilleusement bien. 
JE VEUX
LA SUITE. JE VEUX LA SUITE. JE VEUX LA SUITE. 
D’ailleurs je vous
abandonne ici, je vais chercher la date de sortie du tome 3 en
espérant ne pas mourir de désespoir, je vous dis à bientôt.  

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/34/d744415597/htdocs/clickandbuilds/LittleAread/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252