On lit quoi ?

Betty, Tiffany McDaniel

Un récit inoubliable.

Le résumé :

Amérique, années 60.

Après quelques années à sillonner les routes, la famille Carpenter s’installe définitivement dans la petite ville de Breathed.

Leur maison est grande mais, abandonnée depuis longtemps, elle est aussi pleine de trous, d’araignées, de vitres brisées. Malgré cela, chacun des membres de cette famille réussira peu à peu y faire son nid pour apprivoiser cette nouvelle vie. 

Les Carpenter ont une autre particularité : leurs enfants sont métis. Et s’ils partagent tous le sang Cherokee de leur père, Betty est la seule dont les traits trahissent cette ascendance. Elle est alors à la cible de moqueries et d’injustices racistes. Jour après jour, elle doit affronter la stupidité des gens, les démons de sa mère mais aussi de difficiles épreuves… Son moyen d’évasion, c’est l’écriture. Ainsi, page après page, elle nous raconte la vie de sa famille.

Mon avis :

Une lecture exceptionnelle.

Suivre Betty et sa famille, au-delà de rendre cette lecture addictive, m’a fait voir de nombreux d’éléments avec un regard différent : le rapport avec la nature, les différences, la dépression, les relations fraternelles.

Une fois terminé, je me suis sentie démunie : ce fut une lecture si intense, qu’il est difficile de se détacher des personnages, de les laisser là, non par choix mais parce qu’il n’y a plus de lignes. J’aurai aimé pouvoir suivre Betty jusqu’à ses vieux jours. Je tournais les pages sans m’en apercevoir, happée par ce récit si poignant.

Certains passages sont très éprouvants, la vie des Carpenter est loin d’être un long fleuve tranquille. J’ai pleuré, comme cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps lors d’une lecture. J’ai été horrifiée aussi et révoltée. Je ne peux pas vous expliquer pourquoi sans vous dévoiler des bouts d’intrigues. Par exemple, l’épisode avec les chatons renvoie à un tel chagrin et traumatisme pour l’un des personnages, que j’ai dû stopper ma lecture pendant quelques instants.

Betty est une héroïne inspirante. Son analyse de la vie et des gens, son répondant, son esprit critique m’ont étonnée à de maintes reprises. Elle se relève toujours plus forte. Aux côtés d’Adelaïde de la saga Le Goût du bonheur (Marie Laberge), de Kya du roman La où chantent les écrevisses (Délia Owens), ou encore d’Anne Des pignons verts ( Lucy Maud Montgomery) à Betty appartient désormais à mes personnages féminins favoris.

La nature et les légendes Cherokees sont des éléments centraux de ce récit. Lire les légendes racontées par le père de famille, découvrir sa manière de soigner, de jardiner faisaient partie de mes moments préférés. Landon Carpenter est un personnage qui restera dans ma mémoire. Son amour pour sa famille est magnifique. Ses enfants sont sa plus grande fierté. Il arrive toujours à leur montrer le bon côté de la vie. Il est droit, sincère et courageux. Grâce à lui, j’ai découvert certaines coutumes et philosophies de vie des Cheerokee. La place de la femme par exemple. Pour eux, elle est centrale. Elle est importante, elle possède un pouvoir que les hommes n’ont pas. Ses origines font de lui un homme bien. J’avais envie de rester à ses côtés pour qu’il délivre tous ses secrets. Lire tout ceci, m’a donné envie d’apprendre encore plus sur les traditions des Premières Nations et de m’imprégner de leur culture pour vivre mieux.

L’autrice fait vivre toute cette famille par le biais d’une écriture poétique et très visuelle. Je fermais les yeux et je pouvais imaginer l’aigle de Fraya, le potager, Betty en pleine rédaction, les orages de Trustin ou encore la légende du saule pleureur racontée par Landon.

En bref, Betty c’est : des montagnes russes émotionnelles (colère, tristesse, sentiment d’injustice, amour), avec des personnages complexes. Betty est un récit qui nous fait Apprendre. 

Je vais bientôt commencer Milles femmes blanches. Si l’Histoire des Amérindiens, t’intéresse aussi, je peux te conseiller Le Pensionnat et reste pas trop loin, je chroniquerai surement d’autres livres sur ce thème-là. Si tu as des livres sur le sujet à me conseiller, n’hésite pas à les inscrire en commentaire. 

J’oubliais  » BONNE ANNEE » ! 

A bientôt 

3 commentaires

  • Chicky Poo

    J’en entends énormément parler de ce bouquin, j’avoue que j’ai peur de me lancer parce que j’ai eu une mauvaise expérience avec la maison d’édition (qui semble spécialisée dans les textes durs) mais aussi parce que j’en entends presque trop parler en fait… Peut-être dans quelques années !
    Ton avis en tous cas est prometteur 🙂

  • Mabilleau

    J’ai découvert votre critique en pleine lecture de Betty ! Et je vois que vous commencez Mille Femmes Blanches, qui est de très loin mon livre préféré, et surtout d’après moi le plus beau livre de tous les temps .. Alors bonne lecture !
    Et merci pour les autres recommandations à la fin de votre critique, étant passionnée par la culture Amérindienne depuis ma découverte de Mille Femmes Blanches, je prends avec plaisir ces recommandations !

    • LittleAread

      Merci beaucoup pour ce commentaire. Alors verdict final sur Betty ?
      De mon côté, j’ai termine « Mille femmes blanches ». C’était époustouflant. Il ouvre les yeux et permet de comprendre bien des choses… J’ai beaucoup aimé découvrir les traditions indiennes. On devrait tellement prendre exemple sur eux pour de nombreux éléments.
      J’ai terminé un roman « Le vent en parle encore », sur les pensionnats canadiens. Il est tragique mais vraiment essentiel à lire. Mes chroniques arrivent très bientôt.
      Si vous avez des titres de romans sur cette thématique, je suis preneuse !
      A bientôt,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/34/d744415597/htdocs/clickandbuilds/LittleAread/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252