On lit quoi ?

Août 61, Sarah Cohen-Scali

« Présidente ? Cette femme a failli être présidente de la République et elle le sera peut-être aux prochaines élections. L’extrême droite au pouvoir en France, au XXIe siècle… Pas seulement en France. Dans d’autres pays d’Europe, en Italie, Pologne, Hongrie… jusqu’au Brésil. Ces pays sont donc des dictatures à présent ?… Non les représentants de l’extrême droit sont élus démocratiquement. Alors c’est encore pire. Bien pire. » Sarah Cohen-Scali, Août 61. 

Je ne dirais pas que ce roman est une claque que l’on se prend dans la figure car Sarah Cohen-Scali ne nous apprend rien sur la situation d’aujourd’hui.  En effet, nous savons déjà que trop de choses ne sont pas normales ou justes et pourtant elles sont quand même là. On le sait. Mais ici l’autrice nous met vraiment devant le fait accompli en créant des parallèles terrifiants grâce à une construction de récit originale. Et c’est que les choses deviennent réellement effrayantes ou même honteuses… Elle est là, la claque que l’on peut se prendre !

Aujourd’hui, Ben le personnage principal est un vieil homme atteint de la maladie d’Alzheimer. Ces anciens « lui » en profitent pour prendre le contrôle et lui raconter leur histoire. Le Ben-enfant, le Ben-adolescent et le Ben-adulte deviennent les narrateurs et nous embarquent dans un récit passionnant et bouleversant.  L’objectif de ces « moi » est de raviver le souvenir de Tuva, leur amour de jeunesse, fil d’Arianne de toute leur vie.

Tandis que Ben-Junior est un rescapé des camps de concentration, le Ben adolescent doit réapprendre à vivre dans un nouveau monde et l’Adulte découvre le premier amour dans une ville partagée en deux par un mur.

Le véritable coeur du récit est en plein Berlin en août 1961, lorsqu’en une nuit, des autorités ont décidé de mettre des barbelés en plein milieu d’une ville. C’est l’horreur, l’incompréhension, la fuite, la séparation de familles et d’amis pour des histoires de politiques encore et toujours. Comme nous, Ben est plongé dans ce chaos.

C’est un récit à plusieurs facettes, il raconte aussi bien le premier amour, que l’Europe d’après-guerre et d’aujourd’hui. Sarah Cohen-Scali arrive à chaque fois à bouleverser mes certitudes et à me donner envie d’en apprendre davantage sur telle ou telle période historique : hier les Lebensborn, aujourd’hui le Mur de Berlin.

Août 61 est un roman NECESSAIRE. C’est une lecture intense et émouvante. L’Histoire est un des personnages principaux et l’histoire humaine est réelle et poignante.

Sarah Cohen-Scali a un vrai don pour raconter les choses, alors j’espère de tout coeur qu’elle va continuer de parler du monde d’hier et de celui d’aujourd’hui. C’est indispensable surtout lorsque c’est fait avec un si grand talent.

Merci aux éditions Albin Michel pour cette incroyable lecture !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/34/d744415597/htdocs/clickandbuilds/LittleAread/wp-content/plugins/wp-mystat/lib/mystat.class.php on line 1252