On lit quoi ?

Amour Minuscule, Teresa Radice et Stefano Turconi

décembre 3, 2018

Puissant. Tolérance discute paisiblement avec Religions tandis que Différence et Acceptation profitent ensemble d’un chocolat chaud. Liberté se promène avec Espoir, puis à l’ombre d’un chêne, Amour les rejoint pour un délicieux goûter.  

Bouleversant. Iris a des origines argentines, Ismaël est syrien. Rencontrés en Syrie, ils vivent désormais à Gênes en Italie. L’un est professeur, l’une est une illustratrice talentueuse. Lui, fait des allés retours entre ses deux pays. Un jour, il ne parvient plus à rentrer chez lui, auprès d’Iris. La guerre vient d’éclater en Syrie et Ismaël est pris en otage. Relâché, mais sans papier il doit quitter clandestinement son pays. Commence pour lui un douloureux périple faisant écho à une douloureuse réalité. En Italie, Iris espère le retour de l’homme de sa vie, pour elle mais aussi pour l’amour minuscule qui pousse dans son ventre. 

Présent et passé.  Avec talent et douceur, l’histoire alterne entre le présent d’Iris, celui d’Ismaël et leur passé. Leur rencontre est illustrée et décrite pas à pas. Amour minuscule retrace aussi le passé de la maman d’Iris, bouleversée par l’histoire de l’Argentine. Les récits s’entrecroisent avec fluidité. Chaque page se lit et s’observe avec attention. 

Poésie. Le texte emprunte à la poésie, toute sa beauté. Les mots sont forts, justes et percutants. C’est une véritable réflexion sur les religions, la tolérance, les différences, la quête de soi. Ce n’est pas dramatique, ni tragique. Au contraire, c’est beau. Parce que malgré les horreurs commises par l’Homme, l’Amour, l’Amitié et l’Espoir seront toujours présents. 

 Juste et inspirant. J’ai trouvé certaines paroles tellement pleines de sens et justes ! Aucune religion n’est mise en cause, aucun fait n’est montré du doigt mais tout est réfléchi et affirmé. 

Réalité effrayante. Amour minuscule c’est aussi le récit d’une fuite. Celle de son pays d’origine parce que la guerre a éclaté et que la sécurité s’est volatilisée. Des innocents pris dans un engrenage terrible et parfois sans issue. 

 

Un roman graphique de plus de 300 pages qui donne envie d’aimer.

D’aimer les autres et d’aimer LA VIE.

Un coup de coeur inattendu et vraiment inoubliable. 

J’ai aimé le texte, les illustrations, l’histoire, les personnages, la narration. En bref, c’est un véritable coup de foudre littéraire. 

 

Editions GLENAT 

Roman graphique

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *